Cherchez ici...
TOP
Yoga

Courageuse Marie, partie tête haute à l’assaut de la (vraie) histoire du yoga

Connaissez-vous vraiment le yoga ? Connaissez-vous son histoire ? Comment a-t-il conquit l’Occident ? L’histoire du yoga est complexe et dans son livre “Yoga une histoire-monde” Marie Kock s’est attelée à enquêter sur la vraie histoire du yoga, sans faire fi de ses parties sombres. Certains passages sont perturbants, car on est loin du yoga authentique et rayonnant d’amour que l’on nous déroule dans nos studios urbains et branchés. Ce livre dérange et c’est tant mieux. Car à mon sens, il n’y a rien de pire que les tabous. S’il y a un sujet dont on ne doit pas parler par crainte des réactions, alors c’est précisément le signe qu’il faut en parler 🙂


« Savoir d’où vient le yoga, comment et sous quelle forme il nous est parvenu, ce qu’il est mais aussi ce qu’il n’est pas, accepter qu’il n’est pas et n’a jamais été une discipline figée dans le temps et dans l’espace, peut peut-être heurter notre désir de simplification, notre besoin d’un moyen rapide pour soulager nos souffrances, notre croyance magique en l’existence d’une philosophie et d’une pratique prêtes à l’emploi.»

BIM ! C’est le genre de phrase dans le livre que l’on se prend en plein dans la tronche. Mais c’est bien. Enfin, moi je suis contente d’avoir lu ce livre. Je me sens plus éclairée par rapport à ma pratique. Plus informée et peut-être moins vulnérable. Le monde du yoga est comme n’importe quel autre milieu. Il y a énormément de personnes bienveillantes et il y a aussi certaines personnes qui racontent un peu n’importe quoi pour leur intérêt personnel. Il faut savoir trier, garder du recule et rester critique par rapport à tous ces storytelling.

Moi aussi j’ai ressenti du plaisir – voir même, soyons honnête, une satisfaction qui flatte l’égo – en exécutant des postures. J’avais l’impression de m’inscrire dans une lignée de yogi qui date de plus de 5000 ans. Bahhh…. c’est faux en fait. Comme dit Marie Kock, j’ai été victime du charme de l’ancien : «(…) quelque chose de nouveau devient séduisant et commercialisable lorsqu’il est drapé du manteau de l’ancienneté.» En réalité, les postures telles qu’on les connaît aujourd’hui sont arrivés très tard dans l’histoire du yoga.


« On trouvera ensuite recommandé dans certains textes ultérieurs, à partir du XiVe-XVe siècle, d’être souple et pas gras pour pratiquer les asanas. Aux XVIIIe et XIXe siècle, apparaissent des asanas plus dynamiques (…). Le plus célèbre d’entre eux par exemple, la salutation au soleil en est absent. (…) Quand au chien tête en bas, l’une des postures de base et une étape présente dans de nombreuses salutations, il n’apparaît pas avant le XVIIIe siècle ! »

On est loin des 5000 ans de pratique que je rêvais de perpétuer.

Marie Kock, Yoga une histoire monde

La conquête de l’Occident, un acte prémédité

Idem pour l’arrivée du yoga en Occident. Ce n’est pas un pur hasard si cette pratique est arrivée jusqu’à nous. Encore là, je m’étais fabriquée ma petit histoire à l’eau de rose bien confortable. Comme quoi, si on ne reste pas vigilante, notre réflexe naturel est de nous planquer bien au chaud sous la couette. Le yoga est certes un cadeau de l’Inde offert au monde, mais cette conquête était calculée et intentionnelle. Détail important que j’ignorais !


« Le rêve de Vivekananda est en effet de voir fleurir partout des adeptes capables de comprendre et de propager les enseignements des quatre yogas : bhakti (la dévotion), karma (l’action), raja (le contrôle psychique) et jnana (la connaissance, l’intelligence). Dans une lettre écrite de New York en avril 1895, Vivekananda expose son projet de manufacturer, au sens propre de fabriquer de manière industrielle, des yogis aux États-Unis grâce aux cours qu’il donne chaque semaine. (…) Il marque le coup d’une vaste entreprise de séduction qui va s’étendre tout au long du XXe siècle. (…) Au cours du XXe siècle, swamis et maîtres yogis vont se succéder aux États-unis. Comme Vivekananda l’espérait avant son départ pour Chicago, ils voient dans l’Amérique une terre promise, un lieu, une population, une opportunité pour tout ce qui est nouveau. »

En lisant cela, on comprend qu’en réalité la démarche derrière est politique. On est pas dans le monde des bisounours.

Et malgré tout, malgré tout…

Après la lecture de ce livre, je me suis dit, ok maintenant je fais quoi ? J’ai dû repenser ma relation au yoga. Comme une amoureuse qui découvre des facettes insoupçonnées de l’être aimé, je me sentais trompée. Mais finalement, je me suis mise toute seule dans cette situation de trompée en me racontant des histoires qui ne se fondent sur rien ! Donc ok, mon yoga chéri n’est pas celui que je croyais être : vieux de 5000 ans et une rivière d’amour et de bienveillance. Au final, je me suis dit que … #1…  Bah cette histoire n’enlève rien à tout ce que le yoga m’apporte aujourd’hui, à savoir une connexion à moi-même grâce aux respirations, une tonicité et une souplesse que je n’ai jamais eu auparavant et un recul extrêmement confortable sur mes émotions qui me rend davantage maîtresse de mes attitudes …. #2…. Entre un mensonge qui fait du bien ou une vérité qui brusque je préfère toujours la deuxième option. Car vivre dans la lumière c’est aussi accepter la réalité telle qu’elle est plutôt que de se draper de croyances.

Alors si vous êtes comme moi amoureuse du yoga, je vous recommande vivement la lecture de ce livre… si ne vous craignez pas trop de sortir de votre couette chaude et douillette 😉

Et un grand merci à Marie pour son enquête et son honnêteté intellectuelle.

Le yoga est mort, vive le yoga 😉

Namasté !

Vous aimerez aussi ...

TAGS:

«

»

1 COMMENT

  • Kybalou

    J’ai adoré la partie 1 et attends avec impatience la suite !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *